L’écologie : la première préoccupation des français

4 Déc 2019 | Ecologie | 0 commentaires

Selon le sondage Ipsos-Sopra Steria intitulé « les fractures françaises » publié en septembre 2019, l’écologie est aujourd’hui la première préoccupation des français. Interrogés sur les enjeux qui les préoccupent le plus « à titre personnel », ils placent en tête « la protection de l’environnement » (52%), devant « l’avenir du système social » (48%) et « le pouvoir d’achat » (43%). Plus qu’une tendance, l’environnement bouleverse le scénario de notre société dans lequel l’entreprise doit jouer un rôle clé. Voici quelques notions à retenir pour comprendre ce phénomène.

Prendre des mesures pour faire face à l’urgence écologique

Les résultats du sondage révèlent que la cause écologique est devenue une priorité. A l’exception des sympathisants LR et RN, qui se soucient d’abord du « niveau de l’immigration », l’écologie est au cœur des préoccupations des français. C’est notamment l’urgence de la situation qui la place au premier rang des sujets à traiter. Ainsi 51% des personnes interrogées estiment qu’il faut « prendre des mesures rapides et énergiques pour faire face à l’urgence environnementale, même si cela signifie de demander aux français et aux entreprises des sacrifices financiers ». Mais, quelles sont ces mesures ? Derrière les grands changements industriels, il y a celles qui émergent des comportements individuels et rejaillissent sur notre société. Consommer moins de plastique, réduire ses déchets, diminuer son impact carbone… Tous, nous pouvons agir. Regardez à l’échelle de votre entreprise, combien de vos collègues mangent local, trient leurs déchets, limitent le plastique et l’aluminium ? Et si l’entreprise en faisait autant ? Avoir une cafétéria saine et naturelle, remplacer les capsules café par du café en grain, virer le coca et boire des limonades artisanales… Ce sont certes de petits pas, mais un bon début !

En quête d’engagement environnemental dans les organisations

Le sondage relève aussi le pessimisme des français face à l’avenir, puisque 73% d’entre eux pensent que la France est en déclin. Et pour cause, les institutions semblent impuissantes face à l’urgence de la crise environnementale. C’est ce qu’on appelle la défiance envers les institutions. Ainsi, les français sont peu nombreux à accorder leur confiance aux grandes entreprises (34%), aux syndicats (28%), à la présidence de la République (30%), ou encore aux médias (23%) et aux partis politiques (10%). En revanche, il semble que les petites et moyennes entreprises aient la cote ! Il en va de même pour les mairies. Échelle humaine, action locale, initiatives positives… plus les organisations sont accessibles et intimes, plus elles paraissent dignes de confiance. Pour beaucoup, ces valeurs doivent être transmises du haut vers le bas, par le management et l’exemple… à bon entendeur!

Rejet de la société de consommation : le Green Friday

Green is the new black. En réaction au phénomène mondial du « Black Friday », jour rouge pour votre portefeuille et noir pour la planète, le mouvement « Green Friday » a fait de cette super journée de soldes le symbole de la lutte contre l’hyperconsommation. C’est ainsi que 150 entreprises françaises se sont publiquement engagées à résister à la tentation du Black Friday et à ne pratiquer aucun rabais. Leur objectif ? Lutter contre cette surproduction massive de biens et encourager des modes de consommation alternatifs, voire prôner la non-consommation. Tout ceci dans le but de limiter le gaspillage. L’heure de l’éco-citoyenneté et de l’économie circulaire a donc sonné. Cette année des entreprises comme Prêt à pousser, Lamazuna, SoliCycle ont participé au Green Friday. Et vous, vous êtes plutôt black ou green friday?

 Vivre en harmonie dans son environnement

Étymologiquement, le mot écologie est construit à partir du grec οἶκος qui signifie maison, habitat, et lógos, discours. C’est la science de l’habitat. C’est à dire, selon le Larousse, la science qui a pour objet les relations des êtres vivants (animaux, végétaux, micro-organismes) avec leur environnement, ainsi qu’avec les autres êtres vivants. Être écologique c’est vivre en harmonie avec le monde qui nous entoure. Il est révolu le temps où l’on cloisonnait son environnement privé de sa vie professionnelle. L’homme que l’on est chez soi est aujourd’hui semblable à l’homme en société et au travail. Bas les masques et les costumes. La génération 2.0 se montre telle qu’elle est. A la maison on mange équilibré, on fait du sport, on tri ses déchets, on s’habille relax ? Qu’il en soit ainsi au travail !

Pssttt, BRÂAM aide les entreprises dans leur transition écologique en leur proposant des produits et services plus sains et naturels. Pour en savoir plus visitez notre site !

N’oubliez pas de nous suivre !

Follows

Découvrez les posts en lien avec cet article

 

Comment mesurer le bien-être au travail dans mon entreprise ?

Vous ne l’ignorez pas, le bien-être au travail est un formidable levier de performance… Pourtant nombreuses sont les entreprises qui doutent de son efficacité et le négligent encore. Le premier obstacle évoqué est « le manque d’outil de diagnostic ». Il en existe pourtant plus de onze ! BRÂAM les résume pour vous…

Share This