Histoire du café - BRÂAM

Histoire du café : d’où vient-il ?

Voyage de l'arbre à la tasse

En tant que boisson très appréciée dans le monde entier, il est tout naturel de se demander quelle est l’histoire du café. Quand l’a-t-on découvert, comment, depuis combien de temps le consomme-t-on sous la même forme qu’aujourd’hui… autant de questions auxquelles vous trouverez des réponses dans cet article. Ensemble, retraçons l’histoire du café et partons à la découverte de ses origines ! Suivez-nous dans cette belle aventure.

 

Les origines du café

La légende raconte qu’il y a plus de mille ans, un berger nommé Khaldi aurait découvert le café en Éthiopie (autrefois appelée Abyssinie). Après avoir ingéré les fruits d’un arbuste, ses chèvres étaient plus agitées qu’habituellement. Curieux, il décida d’en consommer lui-même. C’est là qu’il se rendit compte du pouvoir énergisant des cerises des plants du caféier arabica, en raison de la caféine qu’elles renfermaient. C’est de là qu’est parti l’invention du célèbre café au goût si exquis.

En réalité, le caféier arabica est originaire d’Éthiopie, de la région de Kaffa plus précisément. Depuis plus de mille ans, le café est utilisé par plusieurs ethnies sous différentes formes. Les feuilles étaient infusées, la pulpe séchée servait de décoction, les feuilles hachées étaient cuisinées… bref, le café appartenait à leur régime alimentaire, tant sous forme de breuvage que de préparation de plats.

Illustration légende de la découverte du café - BRÂAM

 

Les débuts de la culture du café

D’après les recherches scientifiques sur le sujet, c’est à Harar que la culture des caféiers voit le jour. La production de la plante y est maîtrisée, ainsi que la torréfaction des grains. Puis, la culture s’étend et se développe au Yémen à partir du XIIIe siècle.

La première boisson de café torréfié

Au XIVe siècle, la boisson de café torréfié (appelée buna), apparaît à Harar, une cité commerciale où marchands éthiopiens et arabes (du Yémen et du Caire) échangent. Les pèlerins musulmans soufis présents apprécient les propriétés de cette boisson et participent à l’expansion mondiale de sa consommation.

La popularisation du café

La plus grande partie du négoce de café se passe au port de Moccha, d’où l’appellation Moka, célèbre variété de café dont on a tous déjà entendu parler. C’est dans ce port que la majorité du café destiné au commerce transite vers d’autres pays. En parallèle, le café arabica devient une boisson rituelle et médicinale très populaire dans la péninsule Arabique. Très utilisé par les religieux car il permet de rester éveillé pour prier, le café est adopté par la population : il est souvent décrit comme le vin de l’Islam.

L’ouverture du 1er établissement de café

C’est en 1554 à Constantinople que s’ouvre le 1er établissement de café, grâce à Hakim d’Alep et Djem de Damas. À partir de ce moment-là, il conquiert rapidement le cœur et les papilles des Européens. Grâce à cette montée en puissance de la consommation du café celui ci connaitra un succès fou auprès des populations.

Le café, boisson controversée

Agitation des esprits et trouble à l’ordre public sont évoqués à la Mecque en 1511 pour justifier une interdiction temporaire de consommer du café, idem au Caire en 1521 puis en Angleterre en 1675. Les autorités redoutent alors la naissance de groupes de contestation emmenés par les penseurs et intellectuels de l’époque qui se réunissent dans les cafés. Dans le monde musulman de l’époque, le non respect des lois religieuses est invoqué en couverture. Malgré ces interdictions, rien ne freine l’expansion et la distribution du café à travers le monde arabe. Bagdad, Istanbul, Damas… les débits de boissons proposant du café se multiplient.

Le café arrive en Europe

C’est via les commerçants italiens que les premiers grains de café font leur entrée en Europe au début du XVIIe siècle, à Venise qui était alors un grand port de commerce. En effet, déjà spécialisés dans le commerce d’épices entre l’Orient et l’Europe, le café s’ajoute naturellement aux produits que les Italiens introduisent en Europe. Le célèbre breuvage a d’abord commencé à se répandre chez les moines et les commerçants vénitiens, puis auprès du peuple. Le café arrive rapidement dans plusieurs pays d’Europe, comme la Hollande, l’Angleterre, l’Autriche, etc. En France, les premiers sacs de café vert sont débarqués en 1644 à Marseille, importés par des Égyptiens. Sa consommation très appréciée s’est rapidement popularisée, les premiers cafés français voient le jour en 1671. Saviez-vous que la percolation sera utilisée pour la préparation du café pour la première fois en France ? Avant, c’est l’infusion qui permettait de préparer les grains.

Carte montrant la diffusion du café en Europe - BRÂAM

 

Le café outre-Atlantique

Le café est d’abord introduit au Surinam et dans les Caraïbes vers 1720. De là, sa culture s’étend rapidement à toute l’Amérique du Sud : au Brésil et en Colombie notamment. La culture des caféiers représente rapidement des revenus importants pour ces pays, malheureusement grâce à l’esclavage. De l’autre côté du monde, en Asie, les plantations de cafés débutent en Inde vers 1670, puis s’étendent à Ceylan et en Indonésie (1696). Ces productions assurent la consommation de l’empire britannique et du royaume hollandais. À Ceylan, hélas, une maladie toucha l’ensemble des plantations qui durent être remplacées par des théiers, plus adaptés aux conditions locales.

Carte montrant la diffusion du café Arabica dans le monde - BRÂAM

 

Le café aujourd’hui

Actuellement toute la production de café provient de pays dont la latitude est favorable à la culture du café, à savoir autour de l’équateur, entre les deux tropiques. On parle de « ceinture du café ». Cinq pays concentrent deux tiers de la production mondiale de café : le Brésil, la Colombie, l’Ethiopie, l’Indonésie et le Vietnam. Le Brésil produit plus de 30% du volume mondial.

Carte pays producteurs de café BRÂAM

 

 

👀 L’œil de l’expert

Portrait Morgane Daeschner Chamionne de Cup Tasting Nous avons recueilli le témoignage de Morgane Daeschner, Ingénieure agronome et fondatrice du Cupping Club, rien que pour vous.

 

L’étude botanique connaît son âge d’or tout au long du XVIIIe siècle, c’est aussi l’époque de l’extension du commerce international via les comptoirs commerciaux, de l’expansion européenne via les premières colonies, le commerce triangulaire, etc. Les jardins botaniques de l’Europe sont alors enrichis par les prélèvements reçus de nombreuses expéditions dans le monde. Le caféier est confié aux soins de Gaspard de Commelin du Jardin Botanique d’Amsterdam en 1706, puis offert au Jardin des Plantes à Paris. Il y est décrit par Antoine de Jussieu en 1713, puis classé par Carl von Linné comme le standard typique Coffea arabica typica dans son “Species Plantarum” (1753) qui fait date en répertoriant plus de 8000 espèces végétales. Cette époque qui peut paraître lointaine a été déterminante dans les paysages et les goûts d’aujourd’hui. En effet, la plupart du verger d’arabica cultivé est issu des Typica et des Bourbon de l’époque, les recherches tentent de travailler sur d’autres variétés issues d’autres pools génétiques pour des propriétés différentes : productivité sous ombrage, résistance aux maladies, qualité de tasse, etc. L’ensemble est hautement géopolitique : le vivant fait l’objet de protection comme la convention de Nagoya et nécessite plus de budget pour pouvoir être conservé et valorisé… (oui vous avez lu ça pour d’autres cultures).

 

Maintenant que vous en savez plus sur l’histoire du café et ses origines, que diriez-vous de découvrir comment pousse le café ? Ou d’en savoir plus sur la torréfaction du café ?

Découvrez d'autres articles qui pourraient
vous intéresser.

Suivez-nous sur les réseaux sociaux